Les porteurs d'inconditionnalité reçu par simon Clerc du Collectif Ashtar

Publié le par Carole Blériot

 

Bonjour à toutes et à tous

 

Voici un texte très juste à méditer et à relire de temps en temps :

 

 

Les porteurs d’inconditionnalité

Par le Collectif Ashtar
Reçu le 10 mai 2011 par Simon Leclerc




Salutations à vous, chers enfants de la Terre. Il nous fait plaisir de nous présenter ici maintenant et de venir vous rencontrer.

Plusieurs d’entre vous ont parcouru un long chemin pour se rendre en cette incarnation. La plupart des Travailleurs de la Lumière ont répondu à une invitation à venir s’incarner sur Terre à l’époque de l’Atlantide. Vers la fin de cette période, les humains vivaient une dysfonction généralisée au niveau de l’amour de soi. Les porteurs d’amour que vous êtes se sont associés aux frères et sœurs humains qui étaient présents avant vous, pour les aider à reconnaître leur fibre universelle.

La vibration de l’amour
C’est la vibration de l’amour en vous qui vous a conduit sur Terre. Tous autant que vous êtes, êtes stimulés à accueillir ce qui est, à ne pas juger, à aimer inconditionnellement. Votre capacité de recevoir ce qui est, sans tenter de lui donner une autre forme, permet à la vie d’évoluer. C’est le grand paradoxe de la transformation. Dès qu’un Être accepte ce qui est sans vouloir le modifier, cela se transforme. Dès qu’un Être veut que cela se transforme parce qu’il n’accepte pas ce qui lui est présenté, voilà que cela ne se transforme pas, parce qu’il prive cette situation de son amour.

L’amour étant inconditionnel, il est essentiel qu’il y ait un regard inconditionnel sur les éléments de la vie pour que cette énergie puisse agir comme moteur de transformation.

À l’époque de l’Atlantide, comprenez qu’un grand nombre d’Êtres humains étaient prisonniers d’une structure mentale qui ne leur permettait pas d’accueillir ce qui est inconditionnellement. À cette époque, de grandes technologies avaient été développées sur votre planète, mais les qualités du cœur s’étaient progressivement éteintes.

Les Êtres n’arrivaient pas à se réunir, parce qu’ils croyaient que les différences énergétiques entre les humains étaient le fruit de dysfonctions génétiques, comme si des Êtres avaient la capacité d’accueillir la lumière, alors que d’autres ne la possédaient pas.

Le déni de soi
Il faut comprendre qu’un Être qui refuse la lumière vit, à un niveau inconscient, un déni de lui-même. Ce déni l’amène à refuser ce qui le stimule à se rapprocher de lui, soit la lumière. Pour les Êtres en évolution de l’époque, l’expérience n’avait pas permis de comprendre cette relation que les hommes entretenaient avec la lumière en eux.

De l’extérieur et en surface, tout Être qui se renie lui-même donne l’impression qu’il est dans une distorsion d’ADN, comme si un aspect de lui avait été mal conçu. L’Être reçoit l’amour, mais il n’arrive pas à l’emmagasiner. Voilà qu’à l’époque de l’Atlantide, les Êtres ont conclu hâtivement que ceux qui n’arrivaient pas à emmagasiner l’amour étaient différents au niveau de leur ADN. Ils ont imaginé qu’ils avaient été créés en tant que sous-hommes.

Voilà comment ont débuté les ségrégations raciales sur votre planète. Les races existaient en Atlantide et elles étaient associées à la capacité de chacun d’accueillir la lumière.

Porteurs d’inconditionnalité
En tant que Travailleurs de la Lumière, vous êtes des porteurs d’inconditionnalité. Vous avez cette capacité à ouvrir les bras et à recevoir. Votre regard, votre capacité à accueillir inconditionnellement ce qui est vous caractérise en tant que Travailleur de la Lumière. C’est la pulsion profonde en vous qui a conduit sur Terre, et elle vous pousse à accepter ce qui est sans juger. Vos blessures vous amènent à juger, mais votre cœur vous incite à ouvrir les bras et à accueillir.

Parfois, vous avez voulu être plus rigide que vous ne le ressentiez, afin d’éviter d’être vulnérable. Cela fait partie de votre apprentissage. Mais il y a une vulnérabilité en chacun qui cherche à être contactée, pour dévoiler ainsi sa nature véritable.

La vulnérabilité
Votre vulnérabilité est associée à votre puissance, et non à votre faiblesse. C’est un jugement social qui a amené les Êtres à accepter qu’il leur fallait être forts et solides pour survivre sur Terre. Mais les Êtres ne sont pas fragiles parce qu’ils sont vulnérables, ils le sont parce qu’ils se renient eux-mêmes. Voilà une nuance fondamentale. Il y a beaucoup de puissance dans l’acceptation de sa vulnérabilité.

Un Être qui reconnait sa vulnérabilité décuple son pouvoir énergétique. Pourquoi ? Parce que dans la vulnérabilité, il y a l’authenticité et la vérité envers soi. Et il y a également cohérence envers la dualité, puisque dans la 3e dimension, la force s’associe à la fragilité pour se stimuler mutuellement.

L’Être parfait
Votre Être Véritable, soit l’aspect de vous qui existe au-delà de la dualité, est déjà parfait. Vous n’avez pas à le raffiner, il est parfait de par sa nature profonde. Et vous pourriez être tenté de conquérir l’Être parfait en souhaitant devenir humainement parfait. Mais dans la matière, la perfection est associée à l’Être qui accepte son imperfection, qui accepte que sa puissance puisse s’unir à sa vulnérabilité. Ces deux mouvements sont complémentaires et indissociables, ils sont interreliés.

Pour qu’il y ait la force, il doit y avoir la vulnérabilité. Autrement, la force est fragile, parce qu’elle renie une autre facette d’elle-même, un peu comme si votre main droite refusait de reconnaître l’utilité de la main gauche. Elle s’imagine ainsi qu’elle sera plus autonome et qu’elle n’aura plus de compte à rendre. Mais c’est le fonctionnement en tandem de vos deux mains qui vous procure l’autonomie sur Terre, au même titre que votre puissance s’associe à votre vulnérabilité, pour former l’Être équilibré que vous êtes à intégrer en ce moment.

La sensation d’impuissance
Chères Âmes, n’ayez pas peur de votre vulnérabilité. Laissez-vous toucher par cette fragilité en vous. Ne la camouflez pas, ne tentez pas de vous présenter plus grand que nature pour compenser la sensation d’impuissance qui vous accompagne parfois. Dans ces moments, vous êtes comme une souris qui tente de projeter sur un mur un ombre qui sera effrayante pour faire peur aux intrus. Mais elle finit par croire qu’elle est cette ombre d’elle-même, oubliant du même coup la force qu’elle a en tant que souris, alors qu’elle peut se faufiler aisément au cœur de situations en apparence complexes, qu’elle pourra ensuite désamorcer de l’intérieur.

Comprenez qu’en acceptant d’être totalement qui vous êtes, vous optimisez votre état et pouvez contempler le monde à partir de votre perspective. Vous n’êtes pas une souris, certes. Mais des aspects de vous sont vulnérables et plusieurs Êtres ont développé un réflexe de camouflage pour cacher leur fragilité et éviter ainsi qu’elle ne soit démasquée, développant alors un mécanisme de protection qui ne sert pas la transformation dans la dimension phy sique.

Partir d’où vous êtes
Sur le chemin de l’évolution, il est intéressant de partir d’où vous êtes, et non d’où vous aimeriez être, car alors, cela vous ramène directement vers le vide. Lorsqu’un Être part d’où il aimerait être, il est fragilisé par les zones de lui qui ne sont pas à la hauteur de ses ambitions et de ses idéaux. Et alors, s’il n’est pas attentif, il voudra camoufler ses imperfections pour redorer son image. Il entre alors dans un cycle très complexe où il tente de se raffiner en occultant ce qui est plus sombre en lui.

Voilà pourquoi il est si important d’être où vous êtes en acceptant votre vulnérabilité, cohérent avec votre chemin individuel. L’envie ne permet pas l’évolution lorsqu’elle amène l’Être à renier ou à juger sa situation actuelle. Elle devient stimulante lorsqu’elle permet à l’Être de maintenir vivant son idéal, mais si elle sert à nourrir les jugements et les comparaisons, elle devient destructrice.

L’acceptation
Chers amis, comprenez que votre puissance énergétique est associée à l’acceptation de votre vulnérabilité. Nous ne pouvons être plus clairs. Vous trouverez en vous le pouvoir que vous réclamez à l’Univers en touchant et en acceptant la fragilité de l’Être humain que vous êtes. Tant et aussi longtemps que vous tentez d’être fort pour compenser la peur de ne pas l’être, vous vous fragilisez.

La vulnérabilité n’est pas une invitation à tendre l’autre joue. Dire « non » et fixer les limites font partie de vos responsabilités en tant qu’humains du Nouveau Monde. La vulnérabilité est associée à la capacité de toucher à sa peur et à être cohérent avec les sensations qu’elle génère en soi. Mais cela ne veut pas dire qu’il faille baisser les bras et tolérer l’intolérable. Seulement, pour vraiment apporter des changements dans votre monde, les Êtres humains devront apprendre d’abord à accepter ce qui est, avant de vouloir le modifier.

L’origine spirituelle
Comprenez que nous sommes dans la subtilité ici, mais vous avez la capacité de comprendre. Plusieurs Êtres humains veulent changer ce qu’ils n’acceptent pas. Ce faisant, ils rejettent un aspect d’eux-mêmes, parce qu’ils refusent de se reconnaître créateur de ce qui est. Et comme plusieurs scénarios proviennent de mémoires et d’expériences passées pour lesquelles vous n’avez plus de souvenir, il devient encore plus important d’accepter d’abord qu’elles aient été créées par vous, même si pour le moment, vous ne comprenez pas leur origine spirituelle.

Imaginez qu’un Être écrive son scénario, engage ensuite les comédiens, le théâtre, la première, et voilà qu’une fois la pièce complétée, il se dissocie publiquement de tous les actes de la pièce qu’il n’a pas aimés. « Voilà, la fois où ces deux Êtres sont entrés en conflit ne fait pas partie de mon théâtre », et il renie alors des portions du scénario qu’il a écrit. S’il refuse de reconnaître que les aspects moins intéressants de sa pièce font aussi partie de sa création, il refuse de reconnaître qu’il peut changer des éléments de son scénario.

Les guérisons et transformations
Pour modifier toute chose sur Terre, vous devez d’abord l’accepter, même si vous ne le comprenez pas. Pour apporter les guérisons et les transformations, les Êtres doivent apprendre à accueillir vraiment ce qui est, sans non plus tomber dans la naïveté et la fatalité. Le karma permet de comprendre l’origine d’une situation, mais il ne sert pas à en justifier la prolongation.

En acceptant d’avoir créé un scénario, on peut le modifier. Voilà un principe très simple et à la fois fondamental de la vie. Ne pas se couper énergétiquement de ce qui est permet de maintenir la vision de l’idéal et d’être inspiré dans la transformation. Accueillir ce qui est, aimer et reconnaître que tout est une expression de la vie, voilà le défi d’intégration que rencontrent les humains du Nouveau Monde en ce moment.

La transition
La conscience collective des hommes veut balayer ce qu’elle voit, sans reconnaître qu’elle l’a créé. Et voilà que ce qu’elle voit s’oppose à eux, parce que collectivement, les hommes s’opposent à ce qu’ils voient, soit par inconscience, par peur ou par déni. Plus les hommes reconnaîtront qu’ils sont créateurs de ce qu’ils expérimentent, plus la transition sera légère et accélérée.

Mais vous comprenez qu’il y a aussi un piège ici. Si les Êtres reconnaissent tout cela parce qu’ils veulent à tout prix accélérer la transition, un jugement est alors présent. Si vous aimez une situation uniquement parce que vous voulez qu’elle se transforme, vous appliquez une technique et n’êtes pas dans l’expérience véritable de l’amour. Derrière cet état d’esprit, vous vous opposez à ce qui est, puisque vous ne l’acceptez pas inconditionnellement.

L’équilibre
Au niveau énergétique, l’Être ne peut mentir, car ses cellules connaissent la vérité. Dans ce Nouveau Monde en création, il vous faut trouver l’équilibre entre l’amour véritable et la tolérance de ce qui n’a pas à être maintenu en place. Chères Âmes, vous aurez à développer cette sagesse et ce discernement. L’amour peut parfois bousculer, alors que d’autres fois, il est tolérance et respect du rythme d’évolution naturel. Ses visages sont multiples et chacun doit trouver l’équilibre dans ses expressions.

Aimez tout en maintenant la vision de l’idéal, et vous laissez à la vie le soin de modifier les choses. Par contre, puisque vous êtes aussi « la vie », il arrive que vous soyez l’agent de changement. C’est pour cela qu’il est essentiel de développer ce discernement qui vous permet de percevoir la différence entre « vouloir changer une situation » et « participer à son évolution naturelle ».

La présence
C’est en étant présent au présent que vous êtes présent à l’Être Véritable en vous, à la connaissance de toute chose. Le discernement fait certes partie des qualités de l’Être du Nouveau Monde. Mais ne craignez pas de vous perdre en faisant un « mauvais » choix. Contemplez en vous cette puissance qui s’associe à votre vulnérabilité et vous découvrirez des aspects insoupçonnés de vous-même. Ceux-ci vous permettront de comprendre que vous pouvez modifier vos états et le rythme vibratoire des éléments autour de vous. En touchant à votre vulnérabilité, vous touchez à votre puissance.

En ce jour béni, nous sommes ravis d’avoir pu apporter un autre volet plus pointu à nos éclairages. En prenant le temps de ressentir l’enseignement, non seulement vous pourrez mieux l’intégrer, mais vous serez accompagné à en percevoir les nuances. Car vous aurez compris qu’il ne peut être reçu au premier niveau, puisqu’il suggère plusieurs nuances que vous êtes à même d’intégrer dans votre chemin de vie.

Chers amis, nous sommes heureux d’avoir pu vous accompagner en ce jour. Recevez les salutations de la Famille Universelle.


Salutations à vous

Le Collectif Ashtar et la Grande Fraternité Universelle

--------------------------------------

Reçu le 10 mai 2011, par Simon Leclerc (www.psychologiedelame.com)

Vous pouvez partager librement ce message à la condition d'en conserver l'intégralité, sans rien modifier ni enlever, y compris sa provenance et ces quelques lignes. Merci

Publié dans Connaissance de soi

Commenter cet article