L'importance du choix conscient d'incarnation

Publié le par Carole Blériot

Bonjour à tous,

 

Voici un texte du site de Joéliah où il y a toujours de merveilleux et éclairants articles :

 

Les cycles et le choix d’incarnation

Reçu le 23 juillet 2012

Salutations à vous chers enfants de la Terre,

Il nous fait plaisir de revenir vers vous en cette période de transition si importante pour votre humanité. Beaucoup d’éléments se mettent en place en ce moment sans que vous n’en soyez conscients. C’est une période bénie qui vous permet de raffiner votre préparation et de rester attentifs aux prochains signes que la vie vous présentera. Qu’il en soit ainsi.

Dans notre dernier message, nous avons souligné le fait que la survie et la peur du manque éveillaient chez les Êtres un état qui les éloigne de leur pulsion d’association naturelle. À un niveau plus global, les Êtres se sont rassemblés dans les grandes cités pour se sécuriser, tout en y vivant de façon individualiste. Mais cette sécurité est artificielle et en vérité, les Êtres se sont plutôt déconnectés graduellement des cycles naturels de la vie qui leur témoigne à chaque instant que la planète est abondante.

Les cycles
La lune, le soleil et les différentes étoiles sont étudiés depuis le début des temps par vos initiés, parce que leur parcours orbital influence la vie sur Terre. L’Univers fonctionne par cycles, et les Êtres humains aussi. Mais ces derniers se sont déconnectés des courants naturels, car ils avancent trop souvent à contre-courant. Ils voudront pousser lorsqu’il est temps de se déposer, et ils voudront ralentir lorsqu’il est temps d’avancer. Ainsi, plusieurs Êtres arrivent difficilement à transformer les choses, parce qu’ils agissent contre nature. Lorsque la vague repousse l’eau au rivage, c’est alors que l’Être est invité à nager pour regagner la berge, et non au moment du reflux.

Symboliquement et de façon très concrète, il est important de comprendre les cycles pour faciliter le parcours dans l’incarnation. Beaucoup d’Êtres tentent de changer les choses avec une forme d’acharnement au moment où ils sont plutôt invités à les contempler avec un regard amoureux. Et les Êtres auront alors l’impression qu’ils sont impuissants puisque rien ne bouge. Et s’ils ne sont pas attentifs, ils émettront en plus un jugement envers eux-mêmes, ce qui viendra empirer la situation.

L’impuissance
Au moment où l’extérieur invite les Êtres à créer un changement, animé par leur feu intérieur qui s’allume, les Êtres entrent en résonnance avec leur impuissance et les jugements qu’ils ont émis envers eux-mêmes au moment où ils ont voulu changer les choses et qu’ils n’y sont pas parvenus. C’est alors que le saboteur intérieur entrera en scène pour confirmer l’impuissance, parce que c’est ce qui aura été enregistré intérieurement, ce qui viendra amplifier la stagnation.

Le saboteur inconscient chez un Être l’amènera à avancer à contre-courant. Lorsqu’il aura envie de changer les choses, ses mémoires et conditionnements d’échecs passés lui rappelleront son incapacité à le faire. Ces jugements déjà présents en lui seront réveillés par sa sensation d’impuissance, résultat de l’impasse dans laquelle il s’est placé. Et il est difficile de sortir de cette spirale lorsque l’Être n’est pas conscient du processus. Qui plus est, en déconnectant les Êtres des cycles naturels de la création, les grandes cités de votre planète ne participent pas à rétablir l’équilibre rompu. Au contraire, elles l’amplifient.

La vie fonctionne par cycle, et les humains s’en sont coupés massivement. Voilà pourquoi la vie à la surface de la Terre est devenue difficile. Au moment où l’Être est invité à agir il se sabote, et au moment où il veut se déposer pour ressentir son cycle naturel, il n’y arrive pas parce qu’il est coupé de lui-même. Et c’est ainsi que les Êtres de vos sociétés, séparés des cycles lunaires et solaires, avancent à contre-courant. Ne suivant plus les marées ascendantes et descendantes, ils ont perdu de vue le soutien naturel que la vie leur offre continuellement dans leur incarnation.

Les fruits de la nature
À chaque instant, la nature offre ses fruits de façon surabondante à qui sait les recueillir. À elle seule, cette nature représente l’infinie abondance de l’Univers. Elle est l’image de la vie en perpétuel mouvement. Dans la nature, le vide et le manque n’existent pas. Pourtant, tant d’Êtres expérimentent ces réalités. Ils sont coupés des cycles de la nature et oublient que tout autour d’eux leur propose l’abondance.

Le manque est une illusion créée par l’homme qui a peur, afin d’avilir ses frères et sœurs. Cette utopie est née de la sensation de séparation de l’homme avec la vie.

Celui qui plante les carottes sait qu’au moment de la cueillette, il doit recueillir les légumes. Si, par peur d’en manquer dans son futur, il choisit d’attendre, il perdra sa récolte entière. La peur du manque ne peut justifier l’attente, car dépassé un certain seuil, les légumes commenceront à dépérir dans le sol. Rien ne se perdra, puisque la nature récupèrera l’engrais ainsi produit pour nourrir la prochaine récolte. Mais elle n’attendra pas que l’humain soit prêt.

L’abondance
L’Être humain est invité à se reconnecter avec la vie en lui et autour de lui pour développer sa confiance et apprendre à s’unir à cette abondance si naturelle.

Non seulement la nature est abondante, mais il est essentiel de la laisser circuler pour respecter le cycle de la vie. En d’autres termes, l’abondance ne peut être stockée. Elle circule continuellement et librement en vous et autour de vous. À l’opposé, le rythme citadin occidental qui suggère d’accumuler pour se protéger en cas d’imprévu est contre nature.

À tout moment, la nature présente des preuves irréfutables que la vie est abondante, et que cette abondance circule continuellement. Cela est le cycle naturel de la vie. Les pommes qui ne sont pas cueillies vont naturellement tomber au sol pour engraisser la prochaine récolte. Elles ne pourront rester éternellement dans l’arbre. Si les Êtres choisissent de ne pas les cueillir par peur qu’il n’y en ait plus le lendemain, ils se priveront de leur saveur et de leurs nutriments. Mais la vie ne ralentira pas son rythme pour autant. Elle continuera d’offrir, jusqu’à ce que l’homme s’ouvre à la vie en lui et autour de lui pour la recevoir.

Se sentir séparé
Certes, ce processus d’abondance existe de façon marquée au niveau de la nature. Mais tout dans la vie fonctionne à partir de ces mêmes cycles naturels. Ce sont les humains qui se sont coupés d’eux en créant des mouvements contre nature. En encourageant les Êtres à se séparer les uns des autres, à se comparer et à entrer en compétition pour leur propre survie, vos sociétés ont rompu le lien naturel qui existe entre l’homme et la vie autour de lui.

En vérité, ce ne sont pas vos sociétés qui ont créé cela, mais la peur du manque qui apparaît lorsque l’homme se sent isolé et séparé de son prochain. Et alors, les instincts de survie s’éveillent, encouragés par les structures en place qui poussent les humains à se refermer sur eux-mêmes. Cela amène les Êtres à considérer leurs voisins comme des obstacles potentiels. Vos sociétés ont structuré cette sensation de séparation déjà présente en la normalisant. Ce faisant, les dominants ont voulu dominer davantage, et les dominés se sont jugés d’être impuissants, le tout sous le couvert d’une acceptation sociale confortée par l’illusion que cela est la nature humaine.

Tout cela a emprisonné les humains dans des cycles karmiques où ils se sont mutuellement échangé les rôles, parfois dominants, parfois dominés. Et voilà qu’à un moment, les Êtres sont épuisés de ces jeux de siège musical.

Maintenant, le Nouveau Monde se présente, proposant un chemin en dehors de la vision dualiste habituelle, celle qui oppose les races, les religions, le bien et le mal, l’ombre et la lumière, l’homme et la femme.

La véritable spiritualité
De l’union entre les principes féminin et masculin émerge la véritable spiritualité. Il en va de même pour l’Orient et l’Occident. L’Orient est traditionnellement associé au principe féminin et l’Occident au principe masculin. Ces deux pôles culturels, idéologiques et religieux de votre planète se sont retrouvés en déséquilibre, parce que les Êtres ont tenté de justifier les écarts et les différences, au lieu de rechercher ce qui les réunit.

De façon générale, nous dirons que l’Orient a jugé la matière, la considérant comme un frein à la spiritualité, tandis que l’Occident a fait de la matérialité son chemin vers Dieu. Les Êtres de l’Occident ont fait de la matière leur dieu-argent, le dieu de l’accumulation. Ils ont ainsi interprété que plus ils avaient de matière autour d’eux, d’abondance matérielle, plus ils étaient en expansion, plus ils étaient unis à l’Univers.

Certes, ils ne le prononceront pas dans ces mots. Mais énergétiquement, c’est cela qu’ils disent. Lorsqu’un Être veut accumuler toujours davantage, en vérité ce qu’il cherche c’est de ressembler à Dieu, à l’Univers. Il veut ressentir sa puissance et comme sa vision de la vie est matérialiste, il interprétera que les ressources matérielles sont son chemin vers Dieu. C’est ainsi qu’il se sentira puissamment uni à l’Univers à travers l’union avec la matière.

Des blessures identiques
Vous aurez compris que l’Occident et l’Orient portent chacun de leur côté une blessure diamétralement opposée en apparence, mais identique de par leur forme. La vérité n’est ni dans l’un ni dans l’autre, mais dans l’union de ces deux influences. Il faut comprendre que ces deux visions de la vie sont actuellement au cœur d’un grand mouvement de réunification planétaire.

Presque tous les Travailleurs de lumière des pays occidentaux ont expérimenté, dans les dernières incarnations, un passage délibéré vers l’Orient, afin d’amplifier la pulsion spirituelle en eux. Et par la suite, ils se sont dirigés vers l’Occident. Incarnations d’abord plus subtiles - les Êtres n’ont pas de rôles centraux - jusqu’à s’ancrer de plus en plus solidement dans la matière afin de mieux la transformer.

Maintenant que le rythme vibratoire des énergies actuelles s’accélère de plus en plus, les Êtres de l’Occident retrouvent leur véritable conscience spirituelle, tout en cohabitant avec la matière et l’envie de s’y associer. Et c’est ainsi que les Travailleurs de lumière, un pas à la fois, réunissent à leur échelle l’Orient et l’Occident; union symbolisée par la soif de devenir Dieu tout en maintenant un équilibre avec la matière. Celle-ci n’est alors plus associée au dieu-argent, mais elle devient le reflet sur Terre d’une abondance divine retrouvée.

Et c’est alors que les Êtres spirituels peuvent s’entourer d’or, sans pour autant perdre leur chemin. Voilà ce qu’est la véritable voie vers l’ascension dans la matière. C’est le réveil d’une spiritualité véritable qui associe la matière à l’Univers, utilisant la nature pour solidement ancrer les principes universels sur Terre.

La simplicité volontaire
Beaucoup d’Êtres prônent ce que vous nommez la simplicité volontaire. En soi, c’est un concept magnifique qui évite que les Êtres ne se perdent dans l’obsession du dieu-argent. De plus, la consommation d’énergies polluantes et non renouvelables sur votre planète justifie une telle conscientisation. Mais la simplicité volontaire peut parfois proposer comme perspective une vision teintée d’un jugement subtil au niveau de la matière-plaisir, de la matière-abondance, qui est aussi source de joie.

Dès que la matière source de plaisir et de joie est la finalité, elle sera toujours limitative. Mais lorsqu’elle est le reflet extérieur d’une joie et d’une abondance intérieures retrouvées, une sensation d’union avec l’Univers en émerge. Cela ne peut faire autrement que de créer extérieurement une véritable abondance matérielle.

Il est inusité pour un Être qui a retrouvé son pouvoir et qui se sent en fusion avec l’Univers d’être attiré à vivre une limitation humaine. Cela est incompatible avec son état. Aucun Être qui a atteint une conscience élargie ne choisira de se mouvoir dans une pauvreté matérielle. Son état d’être intérieur uni à l’abondance naturelle de la vie le poussera à refléter cela autour de lui.

Si ce n’est que pour rejoindre certains Êtres ayant choisi le chemin de l’abstinence (dans une forme ou une autre), aucun Maître ne choisira de vivre le manque matériel. Son union universelle proclamée le pousse au contraire à utiliser la matière pour refléter sa dimension illimitée. Il ne sera pas attaché à la matière, mais il ne va pas s’en séparer ni la juger. Il maintiendra son lien avec elle, tout en proclamant son alliance universelle, et la matière deviendra alors son moyen d’amplifier sa présence dans les différentes réalités de la vie, incluant la dimension terrestre.

Le choc
Le passage actuel vers les dimensions supérieures présente une invitation à la réconciliation. Nous comprenons que plusieurs Êtres vivent encore le choc de s’être éloignés illusoirement de la Source. Ce choc est ancré dans l’inconscient individuel et collectif, figé symboliquement à travers l’action de s’être incarné.

Lorsqu’un Être quitte un monde baigné d’amour pour s’incarner, il pénètre une dimension en apparence séparée de l’amour. L’Être vit un choc. Il a alors l’impression que c’est la matière qui l’empêche de goûter à l’amour.

Tôt ou tard, ce choc doit être reconnu et adressé dans l’expérience terrestre. Tenter de se convaincre que la vie est merveilleuse pour camoufler ce malaise de séparation ne résoudra par la situation. Car si vous le faites sans jamais accueillir l’aspect de vous qui expérimente ce choc de rupture, la partie blessée en vous ne se sentira jamais entendue, et alors, elle activera le saboteur intérieur qui s’exprimera en tentant de vous convaincre que la vie n’est pas agréable, même si tout à l’extérieur vous dira qu’elle l’est. C’est votre regard intérieur qui viendra teinter et influencer votre monde extérieur.

Déséquilibres physiques et psychiques
Dans la transition actuelle, vous rencontrez de plus en plus d’Êtres qui expérimentent des déséquilibres physiques et psychiques dus au fait qu’ils n’acceptent pas le choix d’incarnation de leur Âme. Ils refusent de reconnaître ce choix fondamental qu’ils considèrent provenir d’une conscience séparée d’eux. Certains diront «je n’ai pas choisi ma vie, ma famille, mon pays» etc. Et pourtant, c’est dans un geste de pure conscience que les Êtres s’incarnent sur votre plan terrestre. Le fait que vous ayez oublié cet élan n’annule pas la pulsion initiale.

Les Êtres ne sont pas victimes de leur Âme qui prendra des décisions seule, contre leur gré, venant alors imposer sa suprématie. Ce n’est pas ainsi que l’Âme évolue. Les Êtres ne sont pas forcés de s’incarner, ils font ce choix au niveau de la conscience. Seulement, lorsque cette conscience réduit son rythme vibratoire, les souvenirs anciens s’effacent et l’Être a alors l’impression qu’il n’a pas cautionné ce choix.

Plusieurs humains ressentent qu’ils subissent l’incarnation et cette mémoire est responsable d’un grand déséquilibre sur Terre. Les Êtres vivent alors illusoirement la sensation qu’ils sont victimes de leur Âme, qu’ils sont victimes d’une partie d’eux qui les a précipités sur Terre contre leur gré. Et ce malaise, s’il n’est pas adressé, amène beaucoup de distorsion dans le regard d’un Être incarné. Il se sent alors impuissant et victime de sa vie.

Difficulté à créer
En plus des cycles décrits précédemment qui sont mal compris et qui amènent plusieurs Êtres à créer à contre-courant, une autre raison aux difficultés de manifester est que plusieurs opèrent leur corps physique à partir des nuages - c’est une image. Ils veulent créer un changement pour être en paix avec leur vie et enfin accepter de vivre sur Terre, mais ils n’y arrivent pas puisque justement, ils attendent que la vie se soit améliorée pour enfin accepter de s’incarner. Et c’est précisément là le problème.

Il faut accepter de s’incarner complètement pour que, de l’intérieur, les vibrations de votre réalité physique se transforment. Vous êtes le seul Être capable de transformer votre vie. Les autres autour peuvent bien sûr vous inspirer, mais vous seul pouvez intervenir pour créer un changement durable.

Si un Être attend que son navire terrestre soit capitonné d’or et parsemé de bijoux précieux pour enfin se dire «voilà, maintenant que mon navire est parfaitement accueillant, j’accepte d’y pénétrer», il risque d’attendre longtemps. Qui pourra transformer ce navire, si l’Être n’y est pas présent.

Pouvoir et responsabilité
Les Êtres demandent à la fois plus de pouvoir dans leur vie, tout en refusant d’assumer la responsabilité de leur présence sur Terre. Tant et aussi longtemps qu’un Être remet en question ce choix fondamental de l’Être profond en lui, il conteste ses intentions et se place en situation d’incohérence avec lui-même. L’Être entre alors en résistance avec sa partie divine, et vous aurez compris qu’à ce moment, il est en déséquilibre.

Comprenez que ce n’est jamais l’Âme qui est en déséquilibre. Mais puisqu’elle s’ancre plus difficilement au corps physique quand il y a résistance, la co-création est alors limitée. Et c’est cela le véritable drame que vivent plusieurs humains. Ils ne savent plus comment transformer concrètement leur vie.

Comprenez que vous ne pouvez pas à la fois réclamer le pouvoir de modifier votre vie lumineusement, tout en vous sentant victime d’être présent sur Terre. Le pouvoir est directement lié à la responsabilité.

Le choix de l’incarnation
Tous les Êtres sont invités à se réconcilier avec le choix d’incarnation de leur Âme. L’invitation n’est pas d’accepter passivement sa volonté comme s’il s’agissait d’une énergie hors de contrôle ayant son propre agenda, mais plutôt de comprendre que la dimension Âme de votre Être véritable est ce que vous êtes dans les dimensions subtiles. Et c’est à partir de là que vous choisissez de vous incarner.

Cette compréhension permet de rapatrier la vibration de l’Âme au niveau de la conscience, car en accueillant sa réalité, cette vibration s’installe en vous au niveau de votre cœur. Et cela vous amène globalement à comprendre que vous n’avez jamais été séparé de votre Âme (partie féminine), de votre Esprit (partie masculine) et de l’Univers. En réunissant l’Âme et l’Esprit au niveau de votre cœur sacré, vous unifiez aussi l’Orient et l’Occident, la matière et l’invisible, le bien et le mal, le beau et le laid, etc. En rassemblant ce qui provient de l’Unité, vous retrouvez votre nature véritable.

Le baptême
L’Âme ne peut s’éteindre. Mais beaucoup d’Êtres en sont coupés parce qu’ils sont encore à l’étape de gérer ce choc initial de séparation. Ce choc doit être adressé dans la transition actuelle, car il continue d’en influencer plusieurs.

Le symbole biblique du baptême peut vous accompagner dans ce passage, si vous vivez ce choc. Le baptême symbolise la cohérence entre le choix de l’Âme de s’incarner et l’acceptation de ce choix à partir de la dimension humaine.

Dans la religion catholique, les Êtres ont perçu le baptême comme la permission reçue d’être intégré dans «le paradis à la fin des jours terrestres». Mais en vérité, il s’agit d’un symbole puissant qui suggère plutôt l’inverse, c’est-à-dire que l’Être accepte, par la cérémonie du baptême, de renaître à lui-même et d’être en cohérence avec le choix de son Âme d’être venue s’incarner. Ce rite de passage permet à l’Être de refaire sur Terre le choix qu’il a déjà effectué sur les plans subtils.

Le baptême est le symbole d’une cohérence entre l’Âme qui s’incarne au premier jour, impliquant l’oublie dans le corps physique, et une certaine étape de l’enfance où l’Être accepte consciemment de renaître à lui-même en honorant le choix de son Âme. En d’autres termes, l’Âme se présente sur Terre, et le baptême représente, au niveau de l’incarnation, l’approbation de ce choix. C’est pour cela qu’à une époque plus ancienne, les baptêmes étaient vécus en conscience. On attendait que les Êtres aient atteint un certain âge pour qu’ils puissent eux-mêmes choisir de le vivre. Mais comme vos religions ont exclu Dieu de l’homme, elles ont aussi transformé le rituel qui permettait à l’homme de choisir en conscience d’être Dieu.

L’énergie du Hara
Pour vivre une vie équilibrée, un Être a besoin de l’énergie de ses entrailles, associée à son feu intérieur et à son chakra du Hara. Ce centre vital situé sous le nombril est le siège de la force et de l’équilibre dans l’incarnation. C’est cette énergie qui s’active lorsqu’un Être est totalement présent à sa dimension terrestre. Choisir d’être pleinement incarné et ressentir intensément son Hara sont des éléments directement liés.

Beaucoup d’Êtres qui expérimentent des débalancements psychiques vivent ces états parce qu’ils sont déséquilibrés au niveau de leur centre du Hara, reflet des résistances qu’ils offrent à l’incarnation. Votre médecine moderne recherche les solutions au niveau du cerveau, mais celles-ci se situent au niveau du Hara et des ancrages. L’équilibre du cerveau passe par la stimulation de l’énergie qui le nourrit.

Comprenez que le cerveau est relié à l’Esprit, et le centre du Hara est associé à l’Âme, cette énergie de la Volonté qui, à travers la montée de la Kundalini, va rejoindre l’énergie du cœur. Ce duo de l’Âme et de l’amour réunis poursuit sa montée vers l’Esprit pour unifier la trinité. Le cerveau est alors baigné par la force de vie de l’Être, ce qui procure au mental une quiétude et une paix. Et graduellement, cette énergie va aussi amener l’Être à expérimenter des états de conscience élargie lorsqu’il fusionnera en l’Esprit, puisque là est sa véritable destination. Vous aurez compris que ce n’est pas un lieu à atteindre, mais un état d’être à intégrer.

Souvenez-vous cependant que l’évolution d’un Être ne se mesure pas à son état de conscience ni à ses pouvoirs spirituels. C’est la capacité d’aimer et de se laisser aimer qui témoigne du chemin parcouru. Les pouvoirs s’installent naturellement et progressivement chez l’Être, lorsque son regard amoureux posé sur lui et sur les autres devient véritablement inconditionnel.

Le « cheval fou »
Les Êtres qui ne prennent pas soins de nourrir et d’alimenter l’énergie de leur Hara auront beaucoup de difficulté à équilibrer leur mental, parce qu’il devient alors sur agité et incontrôlable. Pourquoi ? Parce que l’énergie apaisante de l’amour n’est pas au rendez-vous.

Comment contrôler un cheval fou (mental)? En le protégeant de lui-même pour éviter qu’il ne se blesse, et en émanant l’amour. Un cerveau en déséquilibre sur votre planète n’est pas nourri, il manque de matière première.

Vous aurez compris que nous vous présentons le lien qui existe entre le choc initial de l’incarnation et les déséquilibres de plus en plus fréquents qui subsistent sur Terre au niveau psychique. L’une des raisons pour laquelle plusieurs Êtres expérimentent cela est parce qu’ils n’ont pas encore assumé leur incarnation. En d’autres termes, plus un Être a l’impression qu’il subit sa vie terrestre, plus il se sent déraciné et plus il dévitalise l’énergie de son Hara, pourtant si essentielle à son équilibre vital. Pour s’ancrer davantage, il est essentiel de se réconcilier avec ce choix fondamental d’être incarné. Il faut assumer ce choix.

Pour apporter plus d’équilibre aux Êtres humains, toutes formes de méditation devraient inclure des exercices de respiration consciente et soutenue au niveau du bas-ventre, afin d’amplifier la présence au Hara. Cela permet à l’Être de ressentir son feu intérieur, moteur de tous les changements dans l’incarnation. La présence à cette énergie vitale permet à l’Être de se réconcilier avec son choix fondamental d’incarnation et d’amplifier l’énergie de sa Volonté Divine, pour se rendre compte que celle-ci n’a jamais été séparée de lui.

Connexion avec le divin
En parallèle, un baptême vécu dans la paix du cœur crée chez l’Être une réconciliation avec ce choix fondamental de s’incarner. Lorsque l’Être est véritablement en ouverture, cela crée à l’intérieur de lui une connexion avec le divin de façon choisie, et non dans l’impression qu’elle aura été imposée. L’Être comprend alors que s’il donne la main à l’énergie divine en lui, il formera un tandem absolument magistral qui se répercutera concrètement et lumineusement sur sa vie terrestre. Chaque pensée, parole et action émise à partir du plan terrestre peut alors être entendue et reçue avec des lettres d’or.

Tout ce qui est reçu avec clarté et cohérence dans l’Univers se manifeste concrètement. C’est une missive émise à partir de l’état de souveraineté d’un Être qui reconnaît son alliance universelle, tout en vivant sa dimension physique incarnée. L’Être n’est alors plus victime de son incarnation, il choisit pleinement de lui donner son amour et son intensité, en l’orientant précisément là où son cœur le conduit, tout en s’unissant aux cycles naturels de la vie qu’il comprend et respecte.

Le rituel
Le rituel du baptême peut être vécu en conscience à chaque levée du jour, au moment où vous baignez votre corps physique. Au rythme de vos respirations conscientes, imaginez que l’eau qui est déversée sur vous est unie à votre Âme et à la matrice de vie de la Terre. Ressentez puissamment ce lien qui vous relie à la vie et amenez cette sensation au niveau de votre Hara. Puis, lorsque vous l’aurez bien ressentie, remontez cette énergie jusqu’au cœur et à la conscience.

Si vous le souhaitez, vous pouvez organiser un rituel du baptême plus formel où l’eau en sera le catalyseur. Mais souvenez-vous que ce n’est pas le rituel qui apportera l’intensité souhaitée, mais la qualité de votre présence durant l’expérience. Le but ici n’est pas de vous présenter une méthode, mais de vous conscientiser sur l’importance de vous aligner avec votre Âme pour vous syntoniser avec son mouvement et avancer ensemble, main dans la main.

En intensifiant le centre énergétique du Hara en vous, vous vous relierez plus facilement à votre Âme et vous sentirez davantage votre présence divine. Vous serez pleinement incarné et en lien amoureux avec la matière.

Allez ensuite dans le monde partager cette intensité retrouvée. Votre planète en a grandement besoin.

Nous vous remercions chers amis de votre présence amoureuse à ce rendez-vous béni. Vous êtes plus grand que vous ne le percevez. Nous savons qui vous êtes.

Recevez notre amour sincère.

Salutations

Le Collectif Ashtar et la Grande Fraternité Universelle


--------------------------------------


Reçu le 23 juillet 2012, par Simon Leclerc ( http://www.psychologiedelame.com)

Vous pouvez partager librement ce message à la condition d'en conserver l'intégralité, sans rien modifier ni enlever, y compris sa provenance et ces quelques lignes. Merci

Publié dans Clés d'évolution

Commenter cet article