Info lettre JP Brebion : Le couple et les relations extra conjugales sous l'angle du Principe

Publié le par Carole Blériot

Jean-Philippe Brébion

Auteur, conférencier et concepteur de la Bioanalogie

Livres de Jean-Philippe Brébion

Infolettre : juin 2013

Loi du Principe : 

Les relations humaines (2) : le couple et les relations extra-conjugales

 

Jean-Philippe Brébion 

 

« Mon mari m’a trompée… Elle a une aventure extra conjugale… Je suis la maîtresse d’un homme marié… » 

Nous avons tous rencontré un jour, de près ou de loin, ce genre de situations qui sont source de grandes souffrances ou de commentaires plus ou moins acerbes suivant qu’on est directement concerné ou non.

 

En effet, socialement, le sujet des relations extraconjugales suscite tout autant les jugements que les plaisanteries, pas toujours subtiles. Mais, sujet de dérision sociale ou vécu comme un drame dans l’intimité du couple, il est certain qu’il sollicite notre émotionnel. 

 

Pour en révéler le sens, selon la Loi du Principe, c’est sous un angle différent, hors de tout émotionnel, et de tout jugement moral, que nous allons aujourd’hui considérer ces situations conjugales problématiques. 

 

Qu’est-ce qu’une une relation extra conjugale 

Couramment désignées sous le terme d’adultère ou d’infidélité conjugale, il s’agit de relations amoureuses, d’ordre sexuel, vécues parallèlement à la relation établie avec le ou la partenaire « officielle ». Elles peuvent prendre différentes formes : aventure d'un soir ou de durée limitée - donc une forme passagère - ou relation plus stable, s’inscrivant durablement dans le temps.

 

Pourquoi une relation extra conjugale 

Dans une relation de couple, lorsque l’un des deux partenaires est tenté ou vit réellement une relation extra-conjugale, il est aisé de penser que cela exprime qu’il/ elle ne trouve pas son plein épanouissement dans sa vie de couple. Qu’il s’agisse d’un - ressenti de - manque de communication, d’attention, de présence, de tendresse, etc., il/ elle cherche à compenser ce manque, ailleurs, à l’extérieur du couple.

 

Quel sens, selon la Loi du Principe 

- Tout d’abord le mot « relation » : être en relation, c’est être relié à, en lien ou en contact avec… ; être lié à un environnement.

 

- L’adjectif conjugal a une racine commune conjuguer. joug, joint. 

 

- Quant à « extra », il veut tout simplement dire, ajouté à, en dehors.

 

On peut alors dire que « relation extra-conjugale » se traduit par : « être en relation, être dans un environnement supplémentaire ou extérieur, à l’environnement habituel ».

 

Dans le Principe, il est donc proposé de s’ouvrir à un autre mode d’environnement, de sortir de son environnement habituel. 

 

Comme on l’a dit précédemment, pour accéder au Principe d’un évènement il faut impérativement s’en dégager émotionnellement, c’est-à-dire être capable de prendre du recul, de ne plus lui attribuer de « valeur » ni positive, ni négative, comprendre qu’il ne s’agit pas ici de nommer « un coupable » ou « une victime », qu’en fait, il ne s’agit même plus d’une problématique du couple, mais bien de voir en quoi le Principe de cet évènement parle effectivement d’une créativité qui n’est pas mise en vie chez les personnes concernées. 

 

Donc, même si généralement, ce genre d’évènement entraîne une remise en cause du fonctionnement du couple, fondamentalement, cela va bien au-delà du seul besoin d’un réajustement relationnel.

 

Chaque personne confrontée à cette expérimentation est réellement sollicitée pour changer son regard sur sa propre vie et s’éveiller ainsi à une richesse, en soi, encore inexplorée.

 

Marine et François 

Marine est fille unique de parents enseignants. Elle a connu une enfance et une adolescence studieuses, sans surprises, sans couleurs particulières, puis elle est devenue enseignante à son tour. 

 

Pour elle, la vie est toute tracée ; elle a besoin que tout soit organisé, en ordre, sinon, elle se sent vite déstabilisée.

 

Elle était mariée à François – son premier grand amour - depuis 9 ans, et leur vie de couple se passait sans heurts, lorsqu’elle a appris par une collègue de son mari que celui-ci avait eu plusieurs aventures dans son cadre professionnel.

 

Avant de rencontrer Marine, François,a exercé plusieurs métiers dans sa vie, c’est un créatif, qui ne supporte pas la routine. Il est donc toujours prêt à tout remettre en question. 

 

Sa rencontre avec Marine est une vraie rencontre amoureuse, mais très vite, il a réalisé combien son côté un peu aventureux pouvait être déstabilisant pour sa femme, fragile et angoissée. Il en est donc arrivé à s’interdire certaines envies ou rêves pour ne pas être source de malaise pour elle.

 

A travers ses aventures extra conjugales, secrètes, il s’offrait un espace de liberté, indispensable à son bien-être. 

 

A la lecture du Principe :

Marine exprime qu’effectivement, elle n’a pas véritablement choisi son métier, « cela s’est fait tout seul dit-elle, comme si je ne l’avais pas décidé, mais je ne me suis pas opposé non plus » et elle réalise que la vie peut être toute autre : il n’y a pas une voie unique, mais une infinité de possibles !

 

François comprend qu’il n’est pas « joint, lié » à la souffrance de sa femme, et qu’il n’a pas à sacrifier ce qui « le met en-vie » pour la « protéger », c’est àelle de se situer, de trouver sa voie, son « feu ».

 

Cette « crise de couple » leur a donc permis, à l’un et à l’autre, d’assumer la responsabilité de leur vie, l’un dans sa créativité et l’autre, dans ses peurs du nouveau, de l’inconnu. 

 

Ils ont désormais une capacité de partage et d’échanges constructifs, dans l’écoute et le respect de chacun, ce qui leur permet d’évoluer dans leur couple comme individuellement. 

 

Ainsi, ces évènements qui, lorsqu’ils nous arrivent, nous bouleversent parce que nous nous sentons émotionnellement atteints, sont eux aussi -comme tous !- au service de notre évolution personnelle.

 

S’ils nous sollicitent et que nous parvenons à sortir de tout jugement, en renonçant à leur donner une valeur « négative » - abandon, trahison, etc. - , il devient possible d’en révéler le Principe et d’accéder à la créativité non exprimée qui est en nous, afin de vivre - plus consciemment - ce qui nous avons à vivre.

 

Par Jean-Philippe Brébion

Vous pouvez partager cet article en le diffusant parmi vos connaissances.       Merci d'en conserver l'intégralité et la source.

contact@bioanalogie.com                                            www.bioanalogie.com

Publié dans Clés d'évolution

Commenter cet article