Ego et Esprit

Publié le par Carole Blériot

Bonsoir à tous,
 
Comme nous sommes encore dans un monde de dualité, la plupart des gens (dont moi même avant de m'en rendre compte) mettent en opposition l'égo et l'Esprit. D'ailleurs il n'y a qu'à regarder les majuscules que j'y mets !!!
 
L'égo est aussi utile et indispensable que l'esprit divin qui nous anime. Vouloir l’annihiler, le tuer, le réduire à néant est une absurdité, une séparation, une zone de non amour.
L'égo est notre compagnon d'évolution, sans lui, impossible de faire cette expérience terrestre, cette expérience de dualité à unifier. Une partie de lui contient notre mental, nos croyances, mais aussi nos blessures émotionnelles, notre manière de ré agir. Cette partie de lui sépare, divise, juge, ou plutôt, c'est lui qui nous montre ce que nous séparons, jugeons, comparons ... Il nous montre aussi nos croyances limitantes sur nous même.
C'est grâce à l'égo, par son biais, que nous avons des rôles, des choses à faire, une possibilité d'agir dans la matière en écoutant notre esprit, notre guidance.
 
Mais l'égo c'est aussi notre forme, nos structures. Il y a un égo humain, un égo spirituel. Là je ne parle pas de l'égo des blessures, mais de la forme égo. Notre personnage humain est un égo, notre âme en est un autre. Ce sont les poupées russes dont nous sommes composées multidimensionnellement et qui assemblées, forment notre grand tout, qui nous sommes en tant qu'individualité propre.
 
Il nous est utile dans notre tâche terrestre, tout autant que l'est la connexion à notre esprit. Nous avons donc à travailler avec lui, avec amour et reconnaissance, sans se laisser dominer par lui, mais en l'utilisant en tant qu'outil d'évolution et de co nnaissance.
 
Souvent, il nous guide, sans que nous le reconnaissions.
Personnellement, c'est parce que je me sentais victime et impuissante, que j'ai ensuite voulu devenir sauveuse et travailler le pardon. J'ai pris conscience qu'il n'y a personne à sauver, mais cela n'empèche qu'il y a encore des couches, des élans, des rôles ... J'équilibre cela chaque jour de ma vie et c'est ok, mémoires généalogiques et multidimensionnelles. Devrais je le cacher, en avoir honte, me sentir sale et mauvaise de cela ??? Non ou sinon, ce serait du non amour.
Mon égo me révèle chaque jour ce que j'ai à apprendre encore de moi et à unifier. Et je l'en remercie. Et au passage, il en est ainsi de tout ce que nous jugeons en général "négatif".
Comment travailler l'amour si tout est déjà beau ? Comment travailler le pardon si personne ne vient vous chambouler dans votre confort ? Comment travailler l'unité si vous n'êtes confronté à la dualité ?
 
Aucun de nous n'est parfait dans la matière, mais nous le sommes tous dans l'esprit. Tout le monde fait des "erreurs", même ceux qui semblent lisses, en apparence. Oser, faire, poser des actes, contient le risque de se tromper, c'est la vie, c'est ainsi. Nous évoluons et ce qui nous semble juste à un moment peut ne plus l'être ensuite. L'évolution, le changement fait partie de la vie. Le point de vue change selon notre évolution et c'est juste ainsi.
 
Les 2 sont donc complémentaires et nous poussent à trouver un juste équilibre, le point zéro, l'union.
 
L'égo nous pousse à prendre partie, à crier fort, à poser des actes, à agir, à transformer, à voter ou pas, à se prendre en main, à reprendre son pouvoir créateur, à prendre sa juste place, à savoir dire non, à pardonner, à purifier, à ne pas croire en l'esprit, à faire et avoir, à savoir, à être reconnu, à être entendu, à aimer, à prendre des décisions, ou pas .... à jouer au jeu pour lequel nous sommes ici.
 
L'esprit nous pousse à ne rien faire du tout, à être tout simplement, à ne rien vouloir, à ne rien juger, à accepter les choses telles qu'elles sont, à ne pas croire au blabla mental, ni à l'égo, à ne sauver personne puisque tout est juste (de son plan), à ne rien changer, à rayonner tout ce qui est ...
 
Il nous faut bien, si l'on ne veut pas renier notre incarnation et fuir dans l'astral, vivre les actions nécessaire à la vie sur terre : manger, mettre son corps en sécurité, être protégé par un toit, avoir de l'eau, apprendre, communiquer... Nous sommes "obligés" par notre condition d'êtres terrestres faits de matière dense, de faire certaines choses pour nous même. Nous ne pouvons le renier. Et c'est l'égo qui nous le permet. Nous nous attribuons donc des rôles qui conditionneront des tâches : parents, enfants, selon notre métier aussi, ... Le tout est de ne pas s'identifier aux tâches et aux rôles, de savoir qu'ils sont passagers, mais de les utiliser pour faire ce que l'on est venu faire. Tel un acteur jouant au mieux son rôle sans croire qu'il est le personnage qu'il joue.
 
Être en permanence dans son esprit (sans habiter son corps) est pour moi une fuite. Nous sommes sur terre, il nous faut forcément allier les 2, être dans les 2 en même temps, les réunifier, sinon il y a déni et nous passons à côté d'une partie de soi et de notre expérience terrestre. Après évidemment chacun est libre et tout à sa place.
 
Quand j'ai fais circuler cet article sur les aimants sur le frigos, je n'étais pas dans les 2. Thomas m'a ramené à moi.
Je vous expliquerais aussi, une prochaine fois, que c'est la même chose pour l'amour inconditionnel. C'est parce que j'étais haut perché que je suis devenue victime. Je ne voyais pas le mal, je ne voyais que de l'amour, donc je n'ai pas su dire STOP. Ensuite ce fut la chute, j'ai mis longtemps avant d'oser dire stop (j'y travaille encore), grâce à mon égo ... J'avais beaucoup de croyances spirituelles sur l'amour, mais cela est un autre sujet Merci à mon égo, de m'avoir permis de me sortir de situations compliquées, par amour pour moi.

Publié dans Connaissance de soi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article