Créateurs réveillez vous !!

Publié le par Carole Blériot

Bonjour à tous,

 

On m'a envoyé ce joli texte (ci après) et j'ai voulu vous le faire découvrir.

 

De plus, il est annoncé ce soir une magnifique pluie d'étoiles filante et donc de petits météores tombant sur la terre, nous allons donc être innondés de poussières d'étoiles.

Créateurs, demandez si vous voulez, avec moi que le ciel s'éclaircisse pour que nous puissions regarder ce beau spectacle

 

"Une pluie d'étoiles filantes - la plus intense depuis une dizaine d'années - aura lieu ce samedi 8 octobre 2011. Des centaines de météores par heure sont attendus pendant la nuit, avec deux averses particulièrement intenses à 19 h et 22 h, heure légale, selon les récentes estimations de l'IMCCE.

600 météores par heure

Six cents étoiles filantes par heure devraient strier le ciel pendant les deux pics d'intensité. Elles seront dix fois plus nombreuses que celles visibles en été pendant les Nuits des étoiles.

Pour les observer dans des conditions idéales, choisissez un site éloigné des lampadaires, avec une vue bien dégagée sur le ciel - en particulier sur toute la moitié nord de la voûte céleste.

Les traînées lumineuses sembleront provenir de laconstellation du Dragon, d'où le nom de Draconides donné à ces étoiles filantes.

Leur origine est liée au passage annuel de la Terre dans un nuage de poussières célestes. C'est la façon dont notre planète coupe l'orbite de ce nuage qui décide de l'intensité des Draconides.

Cette année est exceptionnelle : les Draconides ne seront pas aussi intenses avant une quarantaine d'années. Malgré la présence de la Lune et une prévision météo peu engageante, sortez et regardez le ciel samedi soir avant minuit - par exemple sur l'un des sites prévus à cette occasion par l'Association française d'astronomie.

Et pour en savoir plus, reportez-vous à notre article dans le numéro d'octobre de Ciel & Espace, actuellement en kiosque.

 

 

« Vous êtes triste, vous êtes fatigué, vous êtes souvent découragé. De toutes parts des mauvaises nouvelles vous environnent, des gens proches tombent malades, ou décèdent de façon inattendue, sans alerte préalable. Les conditions économiques continuent de s’aggraver, de nombreuses populations souffrent de tragiques calamités, d’autres sont persécutées ou massacrées ; les responsables politiques semblent délirer, certains tiennent des discours étrangement fascisants, d’autres martyrisent le peuple qu’ils sont censés représenter, dans l’ombre, en toute impunité.

« Ceux parmi vous qui travaillent avec les énergies spirituelles ne voient plus les effets bénéfiques de leur travail, les gens sont troublés et malheureux, face à leur désarroi vous ressentez de l’impuissance ; la compassion reste finalement votre seule réponse, partager la joie est devenu difficile.

« Beaucoup d’entre vous sentent et savent qu’il s’agit d’une période de transition ; vous avez appris qu’il est normal que les apparences s’aggravent avant le changement, et vous vous accrochez maintes fois à cette sagesse qui vous dit que la nuit est toujours plus sombre avant l’aurore… Et que plus les choses sont difficiles, plus la lumière semble éteinte, plus le monde semble aller vers le chaos et la destruction, plus en réalité il se rapproche du point d’inflexion à partir duquel l’amour efface toutes souffrances et dysharmonies définitivement, en les transmutant.

« Mais même cette connaissance, forgée au fil de vos expériences et de vos apprentissages, ne suffit plus à vous rassurer : dans le temps terrestre, ce moment qui précède l’aurore semble s’installer de façon définitive, et rien n’indique plus que le jour pourra renaître. Il dure et il s’étale, et vous oubliez que l’échelle terrestre n’est pas la même que l’échelle spirituelle.

« Voilà le constat d’aujourd’hui, voilà ce qui se passe pour vous. Tout cela est lourd, pénible, désespérant parfois.

« Mais regardez : en même temps que vous vivez ces apocalypses intérieures et extérieures, que vous êtes accablé par ces charges d’apparence destructrice, et exponentielles, dont la survenue de plus s’accélère, ne percevez-vous pas au fond de vous un sourire géant ?

« Un éclat de rire ?!

« Une allégresse chantante ?!

« Au fond de vous la joie vibre, et sourit. Au fond de vous, quelqu’un sait que toutes ces misères de fin de monde ne sont que d’éphémères mirages ; que vous pouvez décider de les dissiper à l’instant-même, d’une simple affirmation consciente de tout votre être.

« Vous le savez.

« C’est d’une si grande simplicité que vous choisissez de faire encore durer un peu la souffrance, parfois pour mieux comprendre et être conscient de la façon dont tout cela fonctionne.

« Vous bénéficiez chaque jour de miracles véritables, et vous prenez à peine le temps de vous y arrêter, de rendre grâce, de remercier.

« Certains sont des miracles extraordinaires : quand vous vivez une synchronicité remarquable, quand un hasard formidable survient dans votre vie pour votre bien, ou vous sauve la vie, vous fait rencontrer l’amour, vous apporte un fabuleux contrat…

« D’autres sont des miracles ordinaires et ce sont les plus précieux : la vie simplement, et l’amour qui la porte et qu’elle porte. A travers toutes sortes d’expériences anodines, mais dans lesquelles, en y portant attention, vous verrez la présence divine.

« Et vous pouvez expérimenter, ne serait-ce qu’à titre d’essai, de démonstration, que vous pouvez commander vous-même un de ces miracles, ordinaires ou extraordinaires, selon votre fantaisie.

« Il vous suffit de le vouloir, de le décider, et de le faire.

« Nul besoin de mode d’emploi compliqué, de longue ascèse, de méditations quotidiennes, de purification préalable.

« Il suffit de parler depuis votre centre, et de prononcer la parole : je demande ceci ; je le fais ; je suis cela … A vous de jouer avec la manifestation.

« OSEZ l’essayer !!

« Beaucoup le savent et font semblant d’oublier.

« D’autres s’en souviennent et ont peur d’être déçu, mettant ce rêve sur le compte de fantasmes irréels.

« D’autres encore trouvent que ce serait trop facile, qu’ils n’y auraient plus aucun mérite, et préfèrent souffrir longuement pour atteindre leurs buts ; ainsi ils pourront dire : voyez comme je suis grand, bon, fort, courageux, exceptionnel, j’ai réussi à réaliser cela, après des années et des années de travail, d’intelligence, de volonté, par mes seules compétences, moi, tout seul !…

« Ils ne réalisent pas que la simplicité d’un acte accompli en en posant le Verbe, sans plus, montre une grandeur à côté de laquelle leur petit résultat laborieux reste absolument pitoyable.

« Et qu’ils auraient pu consacrer la même énergie à changer le monde, en plus d’atteindre leur objectif !

« Alors souffrez, souffrez, tant que vous le voulez, si tel est votre bon plaisir.

« Souffrez, c’est une voie tout aussi digne.

« Mais, voyez comme vous êtes complice de votre souffrance et de vos difficultés !

« Sentez bien au fond de vous, que vous pourriez d’un mouvement de conscience résoudre tout ce qui vous gêne, vous pèse, vous torture.

« Au lieu de vous plonger dans les affres romantiques du désespoir, essayez de dire à voix haute et claire : Ce problème que je vois là n’est qu’une apparence vide. Je demande à mon Etre la résolution parfaite qui le fait disparaître et le remplace par la paix, la joie, l’abondance, la santé pour tous mes corps. Je suis conscient que cela s’accomplit dans l’harmonie divine et pour le plus grand bien de tous, en commençant par moi-même. Ceux que j’aime sont parfaitement protégés, ceux que je ne connais pas aussi, et l’univers entier monte sa vibration d’un cran, à l’occasion de cet accomplissement dont je rends grâce. Je ne m’occupe pas des détails et de la façon dont cela se produira, j’ai confiance, j’ai foi en ce processus. Et que cela soit.

« Et voyez comme les choses se déroulent. Le problème, qui semblait si crucial, mortel peut-être, apocalyptique sans doute, disparaît si bien que vous n’y pensez même plus. Vous vous demandez où il y avait un problème, « Comment ai-je pu croire que ça allait si mal ? Qu’est-ce que je me suis encore raconté comme film ? Que s’est-il passé, finalement ? »

« Si vous êtes vraiment de bonne foi avec vous-même, vous savez que vous pouvez le faire. Et si vous ne le savez pas, ou croyez vraiment ne pas le savoir, c’est le moment ou jamais d’essayer, bien sûr ! Faites marcher votre imagination, qu’est-ce vous craignez ? D’être déçu ? D’échouer ? Ce ne sera pas pire et rien ne vous empêchera ensuite de lancer les stratégies habituelles, si celle-ci n’a pas fonctionné. Mais il n’y a qu’une façon pour elle de ne pas fonctionner : c’est que vous ne vouliez pas qu’elle fonctionne.

« Vous êtes le seul décideur !

« Aucun dieu ne décrète que vous y avez droit ou pas. Car ce n’est pas « dieu » qui vous donne ou non la solution, c’est vous même qui acceptez de la recevoir : elle est déjà là, toute prête. Tous les anges sont là avec tous les dieux et toutes les entités de tous les mondes, qui vous regardent en souriant et en disant : Le fera-t-il ? Ne le fera-t-il pas ? Tous sont complices avec vous et sourient d’avance, car quoi que vous fassiez, vous le ferez de votre propre choix divin. Choix du bonheur et de la facilité miraculeuse, ou choix de la souffrance et des obstacles ; il ne tient qu’à vous de rendre la vie facile, et de permettre à la lumière de revenir inonder le monde de ses flots créateurs.

« C’est pourquoi moi-même je souris, de tous mes feux, de toute ma chaleur, en toute complicité avec vous, en tout amour et en toute acceptation.

« Quoique vous choisissiez, même de stagner encore quelques éons, de vous martyriser quelques temps de plus, cela sera fait dans un éclat d’humour et de joie.

« Car ce qui sait au fond de vous, est sans crainte, a conscience de l’éternité de l’instant comme de l’inexistence du temps, sait que la lumière ne peut être vaincue car tout procède d’elle, et se réjouit avec vous, en sachant que vous finirez tous par vous ouvrir à votre véritable dimension, enrichi de toutes ces expériences, joyeux et heureux d’avoir joué ensemble toutes ces pièces d’un théâtre cosmique infini.

« Moi-même je ris avec vous, sans que rien de ce rire ne soit blessant, ni méprisant, le rire de la joie divine, le rire de la consolation, de la compassion accomplie, et je vous accueille dans ma propre joie !

« Tout ce qui vous semble aujourd’hui en souffrance et en difficulté, reconnaissez enfin comme cela n’est qu’une illusion temporaire que vous êtes là pour renverser, pour désaffirmer, pour dissoudre. Remplacez-le par ce que vous souhaitez si vous le souhaitez, mais n’oubliez pas, ne faites plus semblant d’oublier, que cette illusion n’est qu’un jeu passager que vous pouvez dissiper d’un simple regard, et d’un simple mot.

« Derrière l’illusion est la Réalité, la Vérité, l’Absolu, pétris d’Amour et de Vie. »

De temps en temps levez les yeux et vous pourrez voir aussi le sourire géant, ses couleurs flamboyantes et son bonheur contagieux ! Si vous ne le voyez pas tout de suite, appelez-le, inventez-le, il ne demande qu’à venir illuminer jusqu’à l’extase la vie de chacun d’entre nous. Il est en vous-même, miroir de votre être véritable, à votre disposition à chaque instant. Manifestez-le et imaginez-vous aussi comme un sourire géant et rayonnant, que vous promenez avec vous, dans vos démarches quotidiennes, vos rencontres toutes simples de la vie pratique. Imaginez-le rayonner partout pendant que vous dormez, continuant d’agir et d’illuminer le monde. Voyez-le autour de vous, dans chaque être que vous croisez, chaque brin de nature, chaque espace de ciel, fulgurant soudain dans les yeux d’un enfant, d’une personne âgée, d’un adulte moyen, d’un animal… Votre clin d’œil.

:113:
Ajnata


Vous pouvez diffuser cette page à condition d'en conserver l'intégralité, y compris cette ligne et le lien www.astrologiq.com

Publié dans Clés d'évolution

Commenter cet article