Besoin de tous pour réaligner ...2012

Publié le par Carole Blériot

Bonjour à tous,

 

En lisant ce texte, je me suis dit que j'aurais besoin de vous pour transformer ce que je lisais.

Personnellement, j'ai des mémoires de complots, de manipulations, d'impuissance, de contrôle, de magie, d'asservissemnt, de limitation génétique, d'écrassement  .. et évidemment que tout cela résonne en moi, je fais donc le travail de mon coté.

Mais je pense aussi, que tout cela est en résonnance avec tous, car c'est aussi une partie de notre création collective et cela vient de nos mémoires historiques non digérées.

Je demande donc, à toutes les âmes volontaires, de travailler sur leurs mémoires, leurs croyances et leurs peurs, afin de soulager notre Terre et nous même des fléaux de notre passé.

 

Personnellement, j'en ai plus qu'assez de subir (blessure du Féminin), j'ai assez expérimenté cela  et souhaite faire partie intégrante du changement (réalignement du Masculin, guérison du féminin ). Je crois dans le pouvoir de nos volontés et de nos coeur réunis, vers une liberté réélle retrouvée des peuples.

 

 

 

Enfin, nous voici en 2012. Que nous apportera cette année exactement? Va-t-elle signer la fin du monde, le début de l’ère du Verseau, l’ascension de l’humanité vers la quatrième dimension? La réalité est tout autre. Nous allons voir pourquoi 2012 est une date si importante pour les élites du Nouvel Ordre Mondial.

À moins d’avoir vécu en marge du monde, vous avez certainement entendu parler de l’année 2012, la dernière année du calendrier maya interprétée par des «ésotéristes» (souvent autoproclamés) comme la date de la fin du monde ou, à l’inverse, le début d’un monde nouveau peuplé de gens heureux et d’arcs-en-ciel. L’engouement pour l’année 2012, sujet où règnent en maîtres les amalgames farfelus, les interprétations douteuses et les théories burlesques, donne lieu à des sites Internet alarmistes qui annoncent de possibles catastrophes ou, au contraire, des sites Nouvel Âge se servant de cet événement pour échafauder des théories qui n’ont rien à envier à la mauvaise science-fiction: élévation vibratoire ou changement de dimension de la Terre, débarquement des sauveurs extraterrestres, etc.

La stratégie des alarmistes de l’année 2012 est simple: créer une inquiétude, ou exploiter des inquiétudes qui existent déjà (écologie, réchauffement climatique, crise financière, désordre politique, terrorisme, etc.), pour faire passer un message et préparer les consciences à un changement radical du monde tel qu’on le connaît. La mise à profit de l’insécurité des populations, stratégie vieille comme le monde, est la base même de ce mouvement.

Si l’on se penche sur les promoteurs de l’»événement 2012», on constate que la majorité sont issus des milieux du Nouvel Âge, même si 2012 s’invite désormais dans la sphère grand public. Dans le Nouvel Âge, deux branches se distinguent clairement: celle qui essaie de vendre l’idée que l’année 2012 serait une chance qu’a l’humanité, confrontée à une crise sans précédent, de se racheter ou d’accéder à un état supérieur, et celle, plus spectaculaire, exploitée par le film-catastrophe «2012» de Roland Emmerich, qui annonce la destruction, l’apocalypse, la fin du monde ou presque.

Mais cette confusion apparente, et savamment orchestrée, cache une réalité. Et quiconque désire appréhender cette réalité doit comprendre la notion de cycle.


CONNAISSANCE DES CYCLES

Comme l’annonçaient les anciennes traditions, nous sommes actuellement plongés dans l’âge noir, et nous chutons. Pour ne pas sombrer mais au contraire envisager un redressement, il nous faut retrouver la conscience historique des Anciens, c’est-à-dire la conscience du temps cyclique.

Les occultistes savent que l’univers entier est régi par des cycles et que ces cycles se reflètent dans la vie terrestre. Ainsi, nous sommes à la fin d’une année sidérale, c’est-à-dire un cycle de 25 920 ans. Ce grand cycle comporte 12 cycles moyens de 2 160 ans qui correspondent aux ères astronomiques. Chaque ère de 2 160 ans compte 3 cycles courts de 720 ans, ce qui correspond au temps approximatif s’écoulant entre deux incarnations.

Mais l’on trouve bien sûr des cycles plus courts. Au-delà de l’année, il existe des cycles d’environ 11 ans, qui dépendent principalement de l’activité de l’astre solaire, qui n’est autre que le reflet visible dans le ciel d’une influence cosmique supérieure, en réalité une puissance divine.

Pour bien comprendre l’importance des cycles de onze ans, nous allons nous intéresser au phénomène des taches solaires. Ces «taches» – parfois visibles à l’œil nu – sont en fait des explosions électromagnétiques, des sortes de bulles qui éclatent à la surface du soleil et dont la puissance peut avoir, suivant sa direction, une influence majeure sur la Terre.

Ces rayonnements solaires n’ont aucune conséquence négative sur les hommes et la nature. Au contraire, ils ont des effets spirituels dont nous allons parler, mais rien de dangereux à proprement parler. En revanche, ils perturbent les systèmes électromagnétiques, qui constituent l’essentiel de la sphère technologique.

Et si la dernière tempête solaire – appelée «embrasement de Carrington» – a fait peu de dégâts, c’est que nous étions alors au tout début de l’ère industrielle. Il en est autrement aujourd’hui: aussi, la NASA surveille assidûment ces taches et la DARPA travaille intensément sur des moyens qui permettraient aux systèmes informatiques de continuer à fonctionner si une grande partie des ordinateurs étaient mise hors fonction. En cas de tempête électromagnétique, il est prévu que les satellites soient mis hors tension afin de minimiser les dégâts. Si les scientifiques ne mettent pas au point un système de survie des machines, l’effet d’une telle tempête sera incomparablement plus fort que l’effet attendu du fameux bug de l’an 2000. On suspecte d’ailleurs que ce bug médiatisé – qui a semblé incompréhensible à la plupart des informaticiens – n’avait pour but que de cacher l’augmentation de l’activité solaire qui culmina fin 2001. Augmentation qui était prévisible puisque se répétant tous les 11 ans depuis 1750. En outre, si des scientifiques se disputent sur l’intensité des cycles à venir, ils n’ont en revanche aucun doute sur les dates de ces cycles.

Il n’est pas impossible que dans un futur proche une médiatisation plus importante des taches solaires soit utilisée pour instiller chez les masses une peur face aux forces du cosmos, dans la même logique que la diabolisation des extraterrestres.


LES CYCLES SOLAIRES

Pourquoi les cycles solaires – comparables aux cycles des saisons de la Terre – sont-ils tenus secrets par les élites mondiales? Probablement parce que cette connaissance du temps leur confère un plus grand pouvoir. En effet, les actions menées en période d’intense activité solaire ont toujours plus d’impact qu’en temps normal. Il suffit de passer en revue les événements importants survenus au cours des deux derniers siècles pour constater que ceux qui ont marqué l’histoire se sont invariablement produits à ces dates-clés du cycle de 11 ans (elles-mêmes inscrites dans un cycle de 33 ans). Ainsi:

1935 - Montée d’Hitler au pouvoir.

1968 - Mai 68 entérine la toute puissance financière de la synarchie et accélère les processus de décadence sociale et culturelle.

1979 - Année du 2ème choc pétrolier, qui marque la fin des trente glorieuses. Révolution iranienne.

1989 - Chute du mur de Berlin, rite magique qui consacre l’inauguration du Nouvel Ordre Mondial, les deux mâchoires de la pince se refermant sur le cadavre de l’Allemagne puis de l’Europe, avec la chute du rideau de fer.

2001 - Année correspondant à un pic. La maçonnerie noire signe l’entrée dans une nouvelle période, plus sombre encore, avec la destruction symbolique des deux colonnes du temple et de l’attaque du Pentagone (analogiquement le pentagramme de la transfiguration).

L’attentat rituel du 11 septembre 2001 fut une mise en scène de la destruction du monde tel que nous le connaissions et un test planétaire pour aligner les gouvernements sur une ligne politique commune. La mise en scène d’un attentat terroriste était nécessaire pour masquer un rite de magie noire avec effusion de sang. Magiquement, le nouvel ordre mondial venait de naître.

Mais pourquoi l’année 2001? Parce qu’elle marque la fin d’une année sidérale et le coup d’envoi d’une nouvelle période. Les initiés de l’Égypte ancienne en étaient bien conscients, eux qui laissèrent un message tangible: la grande pyramide de Giseh, dont l’édifice comporte un système de notation gravé dans la pierre et relatant les périodes traversées depuis la fin du cycle précédent jusqu’à celle du cycle actuel. Ensuite, tout repart à zéro. La grande loge planétaire a voulu, à sa manière marquer le coup, puisque l’échéance de la chronologie de la pyramide de Giseh indique le mois de septembre 2001.

Nous n’approfondirons pas davantage l’importance cruciale de ces dates du point de vue de la géopolitique mondiale, mais nous relèverons simplement que le prochain pic est prévu pour... 2012.


Et 2012?

Nous le voyons, après 2001, la date qui apparaît et ressort plus que d’autres est celle de l’année 2012, citée par plusieurs sources différentes mais concordantes, au premier rang desquelles les calendriers mayas focalisés sur le fameux 21 décembre 2012 au-delà duquel tout devrait changer, mais aussi les prophéties de Nostradamus (1503-1566), sans oublier les calculs basés sur les plans d’urbanisme de Washington DC qui proposent la date de 2012 comme la date de révélation du nouvel ordre mondial.

Selon la science des cycles, la période 2011-2014 sera cruciale à l’avancement du Nouvel Ordre Mondial. En effet, 2011 se situe exactement 2 160 ans (une ère zodiacale) après le début de la troisième guerre punique, guerre durant laquelle Rome – empire mondial d’alors – annihila définitivement Carthage. Or, la Première guerre mondiale a éclaté exactement 2 160 ans après la première guerre punique, et la Deuxième guerre mondiale 2 160 ans après la seconde guerre punique. Ce qui ne présage rien de bon pour la période à venir. Nous allons assister à la troisième guerre mondiale, qui n’aura rien à voir avec les précédentes, bien évidemment. Il s’agira d’une guerre invisible, menée avec des armes invisibles.

Si les deux premières guerres puniques s’avérèrent d’une issue incertaine, la troisième se conclut par l’annihilation définitive de la dernière cité libre de la Méditerranée qui, quoi qu’ayant déjà perdu sa liberté d’action, continuait à gêner Rome par son existence même. On comprend pourquoi le mot d’ordre de Rome était: Carthago delendae est! («Carthage doit être détruite!»)

Aussi, durant les quatre années à venir, attendons-nous à ce que le Nouvel Ordre Mondial, qui est la réincarnation de Rome, procède à une destruction systématique de toute entité échappant encore à son contrôle. L’Ordre Mondial a potentiellement remporté la victoire, mais il lui faut à présent éliminer tous ceux qui pourraient émettre des pensées hostiles à son encontre afin d’établir définitivement la paix mondiale – la nouvelle Pax Romana.

Un événement lourd de symbolisme, lancé le 13 janvier 2011, marquait déjà le début de cette troisième guerre mondiale: la révolution tunisienne.

En effet, Carthage – littéralement rayée de la carte par Rome – était située exactement sur le territoire de l’actuelle Tunisie. Les élites mondialistes, conscientes des cycles de l’histoire, ont donc décidé de marquer le début de l’année 2011 en déclenchant une révolution sur le sol même où fut bâtie l’ancienne Carthage.

Ainsi, tout s’éclaire si l’on sait que les planificateurs occultes du Nouvel Ordre Mondial se basent sur des symboles et des échéances magiques pour appuyer leurs actions et leur donner une dimension supérieure.

Il est prévu que 2012, au cœur de cette troisième guerre mondiale, marque l’apparition concrète du gouvernement mondial, qui possède d’ores-et-déjà plusieurs ministères. Les élections présidentielles en France et aux États-Unis, ainsi que les Jeux Olympiques – version moderne des jeux du cirque romains – à Londres, suffiront à focaliser l’attention des masses sur des évènements ultramédiatisés allant dans le sens d’une fusion des consciences. Si les mondialistes réussissent leur coup, 2012 devrait être l’année où le Nouvel Ordre Mondial s’imposera magiquement comme une réalité concrète dans la conscience planétaire.


Ce qui se passera en 2023

Onze ans plus tard, l’année 2023 présentera un évènement plus important encore. On verra l’avènement d’un Ordre Mondial cette fois-ci théocratique, chapeauté par le Christ lui-même. Mais attention, ne vous imaginez pas un Christ pacifique, mû par l’amour inconditionnel, qui tendra l’autre joue. Le fameux retour du Christ, prophétisé par la médium britannique et chantre du Nouvel Âge Alice Bailey (1880-1949), correspondra en réalité à la venue de «l’Antéchrist.» Celui-ci sera alors un tyran, qui viendra comme un homme de paix, se faisant passer pour le nouveau Messie. Il trônera à la tête du gouvernement mondial. À moins que des intelligences supérieures ne s’opposent à ce programme.

Chaque système politique, aussi parfait puisse-t-il paraître, possède inévitablement une face cachée, un côté sombre qu’on ne peut soupçonner. En d’autres termes, comme le présente Platon dans La République, chaque système politique comporte ses propres moyens d’autodestruction. Selon le philosophe, c’est la tyrannie qui sonne le glas de toute démocratie. L’apparente démocratie mondiale à venir engendrera un pouvoir plus tyrannique que jamais, un pouvoir véritablement démoNcratique.



http://crom.be/actualites/bienvenue-en-2012

Publié dans Clés d'évolution

Commenter cet article