Etre ancré, enraciné, incarné, centré, s'habiter, être né c'est quoi ?

Publié le par Carole Blériot

Bonjour à tous,

Je tenais à préciser ces différences notions qui ne sont pas du tout, les mêmes choses.

Incarné : c'est le fait que notre énergie puisse descendre dans notre corps humain de la tête, jusqu'aux pieds et ensuite dans les racines qui mènent à votre chemin d'incarnation et à votre raison d'Être. Ainsi vous êtes relié au ciel (d'où vous venez) et à la terre (où vous allez, manifestation).

J'ai pu me rendre compte que tout le monde n'est pas incarné totalement, qu'il y a des bouchons d'incarnation (de naissance ou en cours de vie) et parfois cela peut complètement dévier votre vie de votre chemin (car quelque chose d'autre prend la place). Cela peut se rétablir énergétiquement. Cela a été mon cas, je n'habitais pas les parties du bas du corps, j'étais bien trop haute en vibration pour que ce soit normal et certaines parties de ma vie, en lien avec les chakras du bas, étaient totalement mises de coté (habité par autre chose du coup, familial et collectif).

Pour info, quand le bouchon à été enfin libéré, j'ai dû retirer le stérilet qui bouchait métalliquement le passage, afin que mon énergie puisse bien descendre. Cela a mis 3 mois d'intégration environ.

Être enraciné : c'est en lien avec la terre, c'est le terme que vous connaissez le plus en général. Ce sont vos racines qui se nourrissent de l'énergie de la terre. C'est en lien avec les racines héréditaires souvent, la terre natale, mais aussi avec le fait d'être bien où vous êtes (lieu de vie) dans le présent et en lien avec le passé (enfance). Dans les racines, il y a aussi le collectif : l'histoire d'un pays, des continents, de la planète, des humains, l'histoire de la planète, les anciennes civilisations donc aussi ...

Être ancré : là cela devient plus précis. Vous êtes ancré mais en quoi ? Là je parle d'ancre, quelque chose auquel on s'accroche, c'est aussi sur quoi je prends appui dans ma vie.

2 possibilités : soit vous vous ancré en vous, soit vous êtes ancré sur l'extérieur, souvent c'est un mélange des 2.

Avant on s'ancrait sur l'extérieur : famille, amis, blessures, problèmes à résoudre, collectif, clan (survie biologique du clan), reproduction de la race ou de lignée familiale, faire comme les parents, travail, image de soi (car gros manque d'amour en soi), autrement dit des éléments extérieurs à vous.

Maintenant (depuis l'ère du Verseau), nous devons nous ancrer en nous, pour nous. Souvent je vois des gens, c'était idem pour moi, qui ont des ancrages familiaux et collectifs dans le ventre. C'est bien souvent inconscient, mais la plupart des gens vivent pour leur famille, leurs parents, leurs enfants, la société, la religion, les dogmes, la souffrance, les blessures, une dévotion, la libération collective aussi .... mais pas pour eux ! Chacun de vos organes, parties du corps, chakras et corps énergétique doit être ancré en vous, pour vous. Sinon, ces parties là deviennent des portails organiques, des portes collectives de forces, de mémoires, de karma et d'entités non bienveillantes. Si ce n'est pas vous qui l'habitez, du coup, d'autres choses s'en chargent ... déja abordé dans d'autres articles.

Le fait de ne pas être ancré en vous peut diminuer l'effet bénéfique d'un soin car l'énergie est répartie entre tous les ancrages et n'est du coup, pas que pour vous.

Globalement le fait de ne pas être ancré en vous, vous éloigne de la connexion à ce qui est bon pour vous, de vos réelles envies et besoins (de votre chemin de vie donc aussi) par ressenti intérieur des choses extérieures, engendrant confusion et conflits et prenant pour à soi, ce qui ne l'est pas (fusion inconsciente).

Certaines personnes qui se disent dans l'Unité, sont souvent soit désancrés de leurs corps, de leurs chakras du bas, soit en dispersion vers l'extérieur, et souvent les soins ne tiennent pas, car ils donnent au lieu d'infuser et ensuite rayonner (ce qui est le bon sens selon moi). Ces gens s'oublient au profit des collectifs extérieurs. Attention à ça, c'est mon expérience qui parle (car me suis faite avoir aussi). Ce n'est pas le cas de tous, mais attention, l'illusion est trompeuse sur bien des plans, c'est ce qui entraine et exerce notre discernement et nous fait grandir aussi.

S'habiter :

Habiter les parties de soi c'est y être. Je remarque que cela n'est aucunement inné et que cela ne se fait pas tout seul. Nous avons à récupérer nos parties, afin d'habiter tous les espaces de nos corps. Si nous ne sommes pas ancré en nous, dans cette démarche et dans cette conscience, il est difficile de s'habiter soit même !

S'habiter hors énergétique, c'est vivre tout simplement, c'est en rapport avec les parties de nous qui sont en vie. Autant qu'il y en ai le plus possible, et de toute façon, tout ce que vous n'habiterez pas le sera par un extérieur. C'est un pouvoir laissé aux autres, très souvent inconsciemment. Vous n'en êtes pas coupable car ce sont les règles d'ici qui font cela, mais pour être vous, il va falloir récupérer ces parties.

Un exemple, très très classique : une mère qui est trop mère, s'ancrera dans l'extérieur : la famille, l'image de la mère parfaite, ses enfants, le devoir (morale collective et familiale), être un exemple, elle reproduira sa mère ou fera le contraire ....elle n'habitera plus sa partie femme, elle n'habitera plus sa sexualité, elle n'habitera plus sa liberté d'être elle et de faire selon son ressenti personnel. Elle sera habité par un collectif familial ou sociétal et non elle même. Et dans mon langage technique, j'appelle cela de la possession par un rôle, car habité par autre chose et complètement inconsciemment, guidé par des concepts, des égrégores ... mais pas par l'âme.

Autre chose, quand on habite son corps, ses organes sont mieux nourris et il est plus simple de communiquer avec eux. Nous avons la capacité de se connecter à un organe et de lui demander s'il va bien ou ce qui le gène. C'est aussi cela habiter son corps, sa matière.

La matérialisation des intentions est plus rapide aussi.

Être né ou pas :

Être né c'est quand on habite un maximum de parties de soi en conscience. Quelqu'un peut être connecté (savoir qu'il est plus que la matière), mais être "non né" au niveau humain, non conscient à certains niveaux. Je voulais le repréciser. Ce sont les parties où l'on a peu de vision, où cela ne nous parle pas, ce sont des zones non nées (aveugles), non habitées encore, non reconnues, en déni inconscient, sans conscience qui y habite.

 

Quand je recentre les gens à l'antenne, je dégage les bouchons d'incarnation, libère la structure. Mais je dois aussi parfois dégager leur espace intérieur au pendule afin qu'ils se réancrent en eux. S'ils ne sont pas dans une démarche pour eux même, et s'il ne prennent pas conscience de cette différence, mon dégagement au pendule ne tiendra pas, ils se réancreront sur le confort extérieur (ce qui a déja été formaté/réfléchi par les autres). Cela appartient à la personne et dépend de la sincérité de sa démarche, je ne peux qu'aider dans ce sens, accompagner. J'ouvre les portes mais vos choix vous appartiennent.

La structure énergétique et comment vous l'habitez sont 2 choses différentes et complémentaires :

Une personne peut être centrée et complètement hors d'elle même.

Une personne pleine de déviations, de parasite, d'entités .. peut être centrée, si elle se satisfait de son état et ne se remets pas en question. Le centrage dans ce cas ne veut pas dire grand chose en fait, c'est un état structurel du moment, un confort, une stabilité, un équilibre qui lui convient. C'est comment vous l'habitez qui compte.

 

Belle journée à vous :)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article