Dépendance affective, ce poison que l'on prend pour de l'amour

Publié le par Carole Blériot

Bonjour à vous très chers lecteurs en cette belle journée de soleil,
 
Voici un sujet dont j'avais l'idée de vous parler déjà depuis un moment et tellement de travail intérieur et extérieur ... mais j'ai pas mal de gens dépendants affectif qui viennent en ce moment, donc j'en profite.
Souvent nous avons tendance à confondre, à cause des conditionnements, amour et dépendance affective, c'est un grand classique !
 
La différence est simple :
l'amour nourrit, donne de l'espace, de la force, de la confiance, il rend libre d'être soi, il est sans condition et donc ne projette pas d'attentes sur l'autre, il ne demande rien en échange ....
la dépendance affective attache, fait mal, empêche d'être libre, manipule, fait du chantage affectif (si tu me quittes, je suis perdu), rends dépendant, vole l'énergie en la déviant vers les forces primales, instinctives et primaires de la terre (les anciennes forces liées à la procréation, la domination, le pouvoir de l'un sur l'autre ...ce que l'on appelle les forces reptiliennes). Elle nourrit l'énergie de vie non conscientisée bloquée dans la terre et est liée aux 3 chakras du bas non reconnectés à l'Être (Âme réalisée dans la matière)
Cette dépendance affective est évidemment liée aux blessures non conscientisées et alchimisées.
Ces blessures/énergies entraînent des jeux de pouvoir et de domination, chacun se renvoyant la balle sans vraiment communiquer d'âme à âme, mais en se tenant par l'émotionnel, le chantage affectif.
 
Un dépendant affectif est un vampire énergétique coriace et parfois très subtil, chacun l'est à sa manière, plus ou moins, soyons honnête.
Il faut aussi rappeler que les blessures sont liées aux rôles victime, bourreau, sauveur, dont il faut sortir pour trouver son équilibre à soi, intérieur.
 
La dépendance affective est une vraie drogue, sa substance addictive est le jeu de forces et de pouvoir, qui se logent dans le ventre, endroit où la plupart des gens ne vont pas assez en conscience (1er cerveau, celui de la survie primaire).
Vous pouvez donc voir que tout cela n'a rien à voir avec de l'amour, qui se situe au niveau du coeur et non du ventre.
Mais si votre ventre n'est pas habité et maîtrisé par vous, vous penserez que :
- vous inquiéter pour votre enfant est de l'amour, alors que c'est la survie qui parle par l'intermédiaire de la peur, l'appartenance / possessivité. Si je te perds, je perds la projection d'amour et de réalisation que j'ai transféré sur toi. L'amour lui, dit "tu es capable mon enfant, je suis là si tu as besoin",
- la passion est l'amour alors que ce sont des forces de possessivité et de fusion essentiellement,
-  qu'enfermer l'autre à vos cotés est bénéfique pour vous 2,
- que sans lui vous n'êtes rien, impression d'incomplétude et que sans vous, il ou elle ne s'en sortira pas, ... possession, dépendance
- que l'autre est vous, car vous n'avez défusionné avec votre mère et le monde, afin de prendre votre propre forme individuelle,
ah il y en as des tonnes que vous pouvez noter très volontiers en commentaire pour accompagner ceux qui ne voient pas encore bien la différence :).
Si vous avez des questions n'hésitez pas,
si vous êtes dépendants, faites au mieux pour vous en sortir, c'est amour pour vous et l'amour vrai cela fait bien moins mal ;)
si vous êtes avec un dépendant, regardez bien en vous le lien d'échange d'énergie afin de l'éclaircir et le rendre conscient, car une partie de vous est dans le pouvoir sur l'autre aussi.
 
Il est l'heure d'arrêter d'accuser l'autre et de reprendre ses responsabilités individuelles :), car c'est notre pouvoir.
Nous sommes arrivés à une phase ou l'inconscient remonte afin de devenir conscient.
Soit vous le déblayez en conscience, soit il remontera en force un de ces jours (fatalité, karma, claques dans la figure ou coup de pieds aux fesses, rupture) ...
Je vous souhaite de vous donner, tout l'amour que vous méritez :))
 
Belle fin de belle journée à vous
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article